Pascal Pich, l’ultra-triathlète « sans limite »

Le triathlon fait partie des sports les plus éprouvants physiquement. Lorsque les triathlètes atteignent un bon niveau de pratique, ils se mesurent à l’Ironman, l’épreuve reine du triathlon classique : 3,8 km de natation, 180 km de cyclisme et 42,195 km de course à pied. 

Pourtant, pour Pascal Pich, un ironman est devenu une course « classique », ce nîmois pratique l’ultra-triathlon. Cette discipline consiste à multiplier par 2, par 10, voire jusqu’à 20, les distances d’un Ironman. Pascal Pich est une référence mondiale, quintuple champion du monde, il détient également 9 records mondiaux dans les différentes disciplines de l’ultra-triathlon.

Cette année, il s’est lancé un pari fou « Ironman around the world », parcourir sur les 5 continents un double Ironman (7,6 km de natation, 360 km de vélo et 84 km de course à pied) et un déca Ironman (38 km de natation, 1800 km de cyclisme et 423 km de course à pied).

Si il arrive au bout de son périple , il parcourra au cours de l’année 2013 : 228 km à la nage, 10 800 km en vélo et couru 2535 km à pied. (en dehors des entraînements…)

Entretien avec un ultra-triathlète « sans limite » :

Pascal Pich

Pascal Pich est quintuple champion du monde et détient 9 records du monde.

Si le triathlon connaît une progression de ses licenciés, l’ultra-triathlon est une discipline peu médiatisée. Combien êtes-vous de français à la pratiquer ?

C’est assez variable, il y a potentiellement 2000 athlètes au monde, qui peuvent tenir un double Ironman. Nous sommes seulement 23 athlètes dans le monde à avoir réalisé deux déca-ironman.

En France, une dizaine d’athlètes pratiquent l’ultra-triathlon.

Tu es 5 fois champion du monde d’ultra-triathlon et tu as 9 records du monde à ton palmarès. Quelle est ta plus belle victoire ? Quel est le record dont tu es le plus fier ?

Ma plus belle victoire est, sans nul doute, mon premier championnat du monde sur un déca-ironman, au Mexique. Le fait de revêtir le maillot arc-en-ciel, pour la première fois, est un moment dont on se souvient longtemps.

Pour mes records, je suis fier de mon tour de France en triathlon en 2011. J’ai démarré de Palavas, pour faire un véritable tour de la France sur 24 étapes en ligne, avec une moyenne de 2km500 de natation, 120 à 260 km de vélo et 21 km de course à pied, par jour. Je préfère relier un point à un autre lors de mes records plutôt que de tourner sur des boucles.

Quelles sont les distances maximales que tu ai parcouru sur un ultra-triathlon ?

J’ai multiplié par 13 la distance Ironman, au Mexique, ils sont même allés jusqu’à multiplier par 20. Cependant l’ambiance et l’organisation ne m’inspirait pas confiance lors de cette épreuve et je n’y trouvait pas d’intérêt à y participer dans ces conditions.

As-tu déjà eu l’impression d’atteindre les limites physiques et physiologiques du corps humain ?

J’ai titillé le maximum mais je n’ai jamais atteint la limite. On apprend à maîtriser l’effort même si la fatigue ou les blessures s’invitent quelques fois et là, il faut gérer.

Lors d’un déca-ironman, je dors 1h50 pour 20h d’effort sur 8 jours. Les 2h restantes sont là pour les changements de vêtements, les ravitaillements et les besoins naturels.

Le dernier défi en date que tu t’es lancé est l’ « Ironman around the world ». Peux tu nous en dire plus ?

pascal pich aigues mortes

Pascal Pich, à Aigues Mortes, au départ de l’ « Ironman around the world ».

Nous avons débuté ce défi le 19 décembre 2012. La première étape démarrait d’Aigues-Mortes, dans une eau à 7°C, pour aller en vélo et à pied jusqu’à La Plagne (2400m) dans le cadres des « Etoiles du Sport ». 30 heures d’effort non-stop.

Les autres étapes (Equateur, Emirats Arabes Unis, Tahiti), du premier trimestre 2013, auront des conditions plus clémentes. Cependant pour pouvoir effectuer ces étapes, il faut que les sponsors suivent. Nous n’avons toujours pas bouclé le budget, même si nous avons des accords de principe, nous recherchons toujours des financements. Plus on retarde les étapes, plus à la fin de l’année les étapes seront rapprochées et donc difficiles.

Pour se préparer à de tels efforts, quelle est ta charge d’entraînement hebdomadaire ?

J’ai deux séances d’entrainements par jour pour un volume de 3h à 6h. Je ne dépasse pas 32 heures par semaine. Avec l’expérience, j’apprends à être plus efficace et à « m’économiser » à l’entrainement.

Combien de temps te faut-il pour récupérer d’un ultra-ironman ?

En milieu de saison, j’arrive à enchaîner des double-ironman en 15 jours. Pour les déca-ironman, il me faut plus de temps. Les muscles et les tendons sont sollicités de manière intensives lors d’ultra-triathlon. Le monde de l’ultra-triathlon est à part, quand on prend le départ, on ne sait jamais si l’on va arriver.

Connais-tu le Norseman, l’Ironman norvégien réputé pour ses conditions climatiques extrêmes ? Penses-tu y participer un jour ?

Oui j’en ai entendu parler dernièrement. Lorsque j’ai passé au mois de décembre, 2h15 dans une eau à 7°C lors de la première étape du « Ironman around the world », je n’en garde pas un très bon souvenir. Mais comme c’est une distance ironman, ca durera environ 1h, donc pourquoi pas. C’est une idée à penser pour plus tard.

Les championnats du monde de triathlon auront lieu à Belfort cette année. As-tu un favori ?

Si l’espagnol Zamora est présent, je pense qu’il fera un résultat. Côté français, je verrai bien François Chabaud, mais je ne sais pas si ces deux triathlètes seront engagés sur l’épreuve.

Suivre le défi « Ironman around the world »

Propos recueillis par Gérald FRIGOTTO

Publicités

Publié le 02/02/2013, dans Interviews, Uncategorized, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. J’espère au moins qu’il est sponsorisé par brioches Pasquier ! En tout cas, c’est un dingue ! J’aurais aime que tu lui poses la question de son staff, du nombre de running qu’il explose par an, des soutiens qu’il peut avoir de la part des collectivités … Il bosse cet athlètes ? Ou est ce qu’il vit de ça ?

  2. Il aimerait bien être sponsorisé par Pasquier, mais ils préfèrent le foot (comme tout le monde), donc pas de budget pour les autres sports. Coté staff, 4 personnes sur les double Iron et 6 à 8 sur les deca + 1 ostéo et un naturopathe qui restent à quai mais qu’il visite entre chaque étape. Aucun soutien des collectivités, on est dans le domaine du politique et là encore, c’est un chantier pour accéder aux décideurs. Il vit à Nîmes et est policier en disponibilité sans salaire pour vivre son sport à fond et dans l’objectif de na pas avoir plus tard les regrets de ne pas l’avoir fait. J’espère avoir répondu aux questions de Masson. Sportivement. Pascal

  3. Je suis admiratif. quel est ton régime alimentaire détaillé ? Merci

  4. Marc, difficile de détailler ici mon régime alimentaire, d’autant qu’avant d’être un régime c’est avant tout une philosophie d’équilibre adaptée aux sports ultra. Pour faire court,beaucoup de légumes et de crudités, jamais de glucides le soir et jamais de protéines le midi. Pas de sucres en dehors du petit déjeuner pour habituer l’organisme à travailler sans. Voilà en résumé. Pour en savoir plus, tu peux lire mon livre qui vient de paraître. Tu peux le trouver sur mon site http://www.tri-shopping.fr Cordialement. Pascal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :